Une opératrice experte du traitement de vos données témoigne :

« Nous retraçons vos activités, afin de comprendre la nature de vos achats et ventes, et qualifier au plus juste vos clients et fournisseurs. »

Charlotte T. 11 ans d'expérience chez EASYPICS.

Chez EASYPICS, les opérateurs réfléchissent.

Comment est composée l’équipe de traitement des données chez Easypics ?

Notre équipe est composée d’une petite dizaine d’opérateurs de données, tous basés en France, et formés à notre méthode.

En quoi consiste votre travail au quotidien ?

Au quotidien, nous accédons aux données des bases comptables de nos clients, afin de renseigner les informations essentielles qui leur permettront d’identifier leurs partenaires stratégiques en un clic.

Nous recherchons toutes les coordonnées des entreprises avec lesquelles ils travaillent : la raison sociale, le SIREN ou identifiant correspondant dans le pays concerné, l’adresse, y compris en Russie ou en Chine… Nous renseignons aussi le site web et l’activité.

Pourquoi est-ce important d’avoir des familles de métiers parfaitement renseignées dans sa base ?

  • Parce qu’il s’agit de l’un des premiers critères de tri dans l’analyse des dépenses ou des ventes.

 

En cela, le degré de précision, proposé par la méthode Easypics, dans l’affectation des familles de métiers va permettre de classer au plus juste les partenaires,  pour affiner la vision d’ensemble et équilibrer les échanges commerciaux.

Là où les intervenants classiques, qui fonctionnent uniquement avec de l’algorithme,  proposent de renseigner les métiers partenaires en utilisant directement et uniquement le code NAF, nous sommes beaucoup plus précis dans la démarche.

En effet, grâce à la méthode mise au point par Easypics, nous recherchons la nature exacte de la prestation effectuée entre notre client et son client ou fournisseur, de manière à renseigner au plus juste sa segmentation métier. Si le partenaire exerce plusieurs activités, nous les spécifions également.

Nous pouvons ainsi renseigner la segmentation du client ou la nôtre, qui compte aujourd’hui plus de 3000 catégories.

Vous faites cela pour chaque fournisseur / client ?

Oui, puis nous raccrochons les différentes formes d’écritures trouvées, pour consolider et dédoublonner les fichiers.

Pouvez-vous nous exposer un cas dans lequel, sans l’intervention humaine, la donnée n’aurait pas été renseignée correctement ?

  • Un exemple : cas d’une donnée étrangère mal orthographiée

Pour l’un de nos clients pour lequel nous traitons des données étrangères, je récupère une donnée transcrite en français depuis l’alphabet cyrillique : CTECA SARL. Il m’est alors impossible de la retrouver sur le registre du commerce russe.

Je me pose alors la question de l’orthographe utilisée au niveau de la raison sociale, et j’oriente ma recherche autour de l’adresse, approximative également. En recoupant plusieurs informations, je trouve finalement que la société s’appelle en réalité STESA LTD, et qu’elle a donc été retranscrite de façon erronée par la traduction.

Un algorithme l’aurait classée de manière introuvée, ou pas classée du tout ! Moi j’ai pu réaliser le traitement jusqu’au bout et affecter la donnée à sa juste place.

 

  • Autre exemple : cas où le fournisseur ne pratique pas son activité initiale

Je traite un fournisseur, marque de vêtements bien connue, alors que mon client n’a, de par son activité, aucune raison d’acheter des vêtements.

Pour comprendre, j’utilise donc la géolocalisation, afin de me positionner dans la rue, au niveau de la boutique : je constate alors que la devanture est au nom de mon client ! Je comprends alors que cette ligne d’achat correspond en réalité à une dépense de bail. Je classe donc ce partenaire en bail ou loyer, plutôt qu’en distributeur de vêtements.

Aucun algorithme ne peut avoir ce cheminement et cette déduction intellectuelle. Seul le traitement humain permet un tel degré de précision dans l’affectation des métiers, en lien direct avec les problématiques de nos clients.

Au bout de 11 ans, quelle est votre approche de ce travail ?

La diversité des univers de nos clients, des pays traités, des nouveaux métiers m’apportent un challenge quotidien.

J’aime comprendre ce que chacun fait : tant notre client que ses partenaires commerciaux.

Pour travailler en tant qu’opérateur de données chez Easypics, il faut être curieux, imaginatif et précis, mais on ne s’ennuie jamais !